Publié le 29 mars 2018

Du bâton de golf au bâton de hockey

Il y a les noirs, il y a les blancs. Ils sont plus d’une vingtaine de Canadiens et un Américain. Ce qui les réunit régulièrement depuis huit ans? La fièvre du hockey.

Deux fois semaine, ces mordus du sport se rencontrent pour disputer une partie amicale sur l’une des glaces du Pine Ice Arena à Pembroke Pines. Ils sont âgés entre 48 et 73 ans, et tous se rendent religieusement aux rendez-vous du lundi et du mercredi matin.

Juste une idée
Jacques Beauchamp, de Gatineau, est l’un des instigateurs de cette organisation informelle qui en est maintenant à sa huitième saison.

Il raconte au Soleil de la Floride l’origine de la ligue de bons copains : « C’est après le golf en prenant une bière que l’idée est partie » raconte-t-il. « Avec Benoît Lavoie, on se disait que ça manquait en Floride, une équipe de hockey. Même si ça faisait 30 ans que je n’avais pas patiné ni joué une partie de hockey sur glace, l’idée était attirante. »

Voilà que tout a fait boule de neige dans l’État du soleil ! Mais ce n’était pas facile au début d’organiser un match. Il fallait trouver suffisamment de mordus pour former deux équipes. Sans oublier que les gardiens de buts sont une denrée rare !

Les deux compères ont donc utilisé le journal Le Soleil de la Floride. À plusieurs reprises, ils ont fait paraître des petites annonces « On recherche joueurs de hockey en Floride » afin de passer le mot et de solidifier leur ligue des bons copains. « La première saison, on jouait le plus souvent à quatre contre quatre » se remémore monsieur Beauchamp. Puis, le Camping Lac Georges de Québec a fourni des chandails pour une équipe (les noirs), et plus tard, d’autres commanditaires ont permis l’achat des chandails blancs pour l’équipe adverse.  Puis, la rondelle s’est mise à glisser allègrement à chaque semaine et le bouche à oreille a fait son chemin et les équipes étaient complètes. Depuis quelques années, il y a un arbitre attitré. Bernard Décoste était un joueur régulier dans la ligue. Une blessure malheureuse l’a empêché de revenir au jeu et depuis, il porte le chandail zébré. En guise d’appréciation pour son dévouement, les gars lui paient le lunch!Depuis trois ans, les gars jouent deux parties par semaine en Floride… il faut le faire.

 

Lire la suite sur LeSoleilDeLaFloride.com







Écrire un commentaire

Vous devez créer un compte et/ou vous connectez afin de pouvoir commenter cette nouvelle



Créer un compte Connectez-vous

+ Partager 

Retour