Publié le 23 mars 2018

Loria doit rendre des comptes

Après avoir marchandé les étoiles des Expos, Loria a largué l’équipe pour remplir ses poches déjà profondes. Puis il a acheté les Marlins de la Floride pour une bouchée de pain, un prix dérisoire de 159 millions de dollars en 2002.

Loria vient de vendre ces mêmes Marlins pour 1,2 milliard de dollars à un groupe d’investisseurs, dont l’ex arrêt-court vedette des Yankees de New York, Derek Jeter. Mais cette fois Loria doit rendre des comptes aux autorités du comté de Miami-Dade, qui lui réclament des millions de dollars en vertu d’une entente en 2009, qui prévoyait des redevances sur les profits éventuels de transactions et sur la vente des Marlins.

 

Les avocats de Miami-Dade exigent des dizaines de documents de Loria et des entités dans une action en justice afin de connaître le réel profit encaissé dans la vente de l’équipe. Loria affirme ne rien devoir au comté de Miami-Dade malgré une entente conclue en 2009 qui prévoyait un remboursement au comté, lequel devait approuver la vente de l’équipe.

Exigences

Mais les choses ne se déroulent pas tout à fait comme le souhaiterait Loria. Les avocats de Miami-Dade demandent aux avocats de Loria de rendre volontairement la comptabilité confidentielle de ses finances personnelles pendant la majeure partie de son mandat, de 2008 à 2018, comme  propriétaire de l’équipe et des mois qui ont suivi la vente des Marlins. Si les avocats de Loria s’objectent à cette demande, le différend pourrait être réglé par la juge Beatrice Butchko.

La juge a demandé, le mois dernier, aux autorités de Miami-Dade, de commencer le dépôt des documents et de statuer sur les protestations des accusés. Les avocats de Miami-Dade exigent les rapports d’impôt sur plusieurs années afin de démontrer que Loria n’a pas accusé, comme il le prétend, une perte de 140 millions de dollars lors de la vente de la concession qu’il avait payée 159 millions en 2002. Le comté veut voir toutes les transactions touchant les prêts, les accords de partenariat et même les procès-verbaux des réunions du conseil d’administration des Marlins, lesquels précisent certains marchés conclus durant ces dix années. Cela comprend les frais de transaction de 30 millions de dollars versés à une société appartenant à Joel Mael, vice-président des Marlins avec Loria.

Lire la suite sur LeSoleilDeLaFloride.com







Écrire un commentaire

Vous devez créer un compte et/ou vous connectez afin de pouvoir commenter cette nouvelle



Créer un compte Connectez-vous

+ Partager 

Retour